17/06/2008

Je vais bien!

170620080101

 

Bientôt les vacances !

J'ai de la chance mes maîtres m'enmênent .

Je vais pouvoir courir sur la plage de Sainte Marguerite/mer 

 

Malheureusement comme chaques années

d'autres n'ont pas cette chance

c'est pour cela que mon maître à écrit ce texte

 

bisous à tous Stanley 

 

Je tournoyais sur moi-même

Tout mon corps frissonnait de bonheur

Toi mon maître mon ami tu prenais délicatement ma laisse

Le temps était merveilleux, il y avait un soleil radieux

Quelle joie immense de me promener avec toi mon maître, mon ami.

Regarde moi dans les yeux, je ne puis parler mais mon

regard te dit je t’aime, tu me connais tu sais que je suis sincère.

Comme d’habitude je profitais un maximum de ces rares instants de bonheur.

Mon museau fouinait partout à la recherche de mille et une odeurs, je sentais la tienne de loin celle que je préfère.

Je te sentais près de moi toi mon maître, mon ami.

Quelle chance de t’avoir auprès de moi, quel bonheur d’entendre les battements de ton cœur.

Il est vrai que quelques fois je devais supporter tes sautes d’humeur, il t’arrivait de crier sur moi pour rien, je ne comprenais pas et m’éloignais tout doucement.

Tes excès de colère je ne les jugeais pas

Normal tu es mon maître, mon ami

Mais quelle idée t’as pris de m’accrocher à cet arbre.

Sincèrement je pensais que tu allais revenir.

J’ai beaucoup tiré sur ma corde pour te rejoindre

Cela me faisait mal cela m’étranglais

Je me disait si tu m’aime autant que je t’aime tu serais super malheureux sans moi.

J’attendais impatiemment, je n’avais plus la force de tirer.

Cette corde trop serrée était même arrivée à me faire saigner.

 

Mais ou était-tu ? toi mon maître ,mon ami

A force d’aboyer j’avais soif, ma gorge était sèche, la plaie de mon coup faisait mal, des insectes en plus venaient se coller dessus.

Voilà plusieurs heures que je me débattais : ‘ viens vite toi mon maître mon ami’.

C’était une question de vie ou de mort…

J’espérais qu’il ne te soit rien arrivé.

‘Comme tu me manques’.

Je me sentais faible, j’avais faim, bizarrement je ne sentais plus les insectes piquant dans ma plaie.

Mes yeux avaient dur à rester ouverts, mais je scrutais l’horizon dans ta direction.

A présent je ne sais plus garder les yeux ouvert, mes mon odorat fonctionne encore, je suis certain que tu vas venir toi mon maître, mon ami.

Je dois me faire une raison, tu ne reviendras pas, pourvu qu’il ne te soit rien arrivé.

Je sens la vie s’échapper de moi, et malgré tout je pense encore à toi.

Je veux que tu saches tu es mon maître mon ami

Je t’aime sois heureux

  

©Daniels P

 

                                                             http://lavieestbelle.skynetblogs.be     

I spin on myself
While my body shiver of happiness
You my friend, my mentor you gently took my left
The weather was wonderful, there was a bright sun
What immense joy that I walk with you my mentor, my friend.
Look me in the eye, I can not speak but my
gaze tells you I love you, you know me you know that I am sincere.
As usual I take a maximum of those rare moments of happiness.
My nose dig everywhere in search of a thousand and one smells, I felt the hold by far the one I prefer.
I felt you with me you are my teacher, my friend.
What chance have you with me, what happiness to hear the beats of your heart.
It is true that a few times I had to endure your mood, happen to shout at me for nothing, I do not understand and move away slowly.
Your excessive anger I do not judge
Normal you are my teacher, my friend
But what idea t'as taken hanging in this tree.
Honestly I thought you went back.
I learned a lot on my rope to come forward
That make me feel badly that strangle
I said if you love me as much as I love you you'd be super unhappy without me.
wait impatiently, I no longer had the strength to shoot.
The rope was too tight even arrived at me bleed.

But or were you? you are my teacher, my friend
A force barking I was thirsty, my throat was dry, the wound of my coup was wrong, insects and more came stick.
That is several times that I debate: 'come quickly you my master my friend'.
It was a matter of life and death…
you hope it is nothing happened.
'As miss you'.
I feel weak, I was hungry, I do feel strangely more stinging insects in my wound.
My eyes were hard to stay open, but I scan the horizon in your direction.
Now I do not know keep their eyes open, I smell my works again, I'm sure you'll come up my mentor, my friend.
I must be a reason, you do not come back, provided it is not you nothing happened.
I feel the life out of me, and despite everything I still believe in you.
I want you to know you're my friend, my mentor
I love you'm happy
  
Text: Daniels P http://lavieestbelle.skynetblogs.be

 

18:16 Écrit par Pascal de la vie est belle dans A PASCAL Stanley | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : abandon, animaux, stanley, vacances, sainte marguerite sur mer |  Facebook |

Commentaires

Merci Pascal de nous avoir donné des nouvelles de Stanley
un heureux à côté de tous ces malheureux...
texte bien triste mais tellement d'actualité
j'ai aussi un post terrible sur Chatmities à
propos de Regina tuée par des monstres!!
bizzzzzz à toi et ta famille à très bientôt

Écrit par : Tchânou | 17/06/2008

Kikou
comment vas tu?

Le bonheur est l'art de faire un bouquet
avec les fleurs qui sont à notre portée.
Le bonheur ce n'est pas un rêve
mais une richesse qu'on porte en soi..
Il est agréable d'être Important mais...
il est plus important d'être Agréable.
Partage ton gâteau, il diminue.
Partage ton toit il reste le même .
Partage ta Joie , elle Grandit.
Les hommes construisent les Maisons
et les femmes , elles , les foyers.
La Porte la mieux fermée est celle qu'on peut laisser.. ouverte.
Celui qui a l'Amour au coeur a des éperons à ses côtés.
Il faut toute une Vie pour apprendre à Vivre.
La Richesse attire les amis; la Pauvreté... les sélectionne.
Sème la Confiance pour donner du Soleil à ceux qui n'ont que la Nuit.

je te souhaite une excellente soirée
e une douce nuit remplis de doux reves
ton amie layla

Écrit par : LAYLA | 09/07/2008

Les commentaires sont fermés.